Jardins

Des légumes pour toute l’année

Dans cet article, je vous décris avec le plus de précision les QUANTITÉS de légumes que nous produisons, dans l’optique d’en avoir pour toute l’ANNÉE, ainsi que l’ESPACE nécessaire pour les cultiver.

Dans nos débuts de cette quête d’autonomie alimentaire, je me suis trop souvent demandé : ‘’Mais combien ça en prend pour notre famille? Combien de pieds de tomates faire pousser pour combler nos besoins? Quelle quantité de carottes nous serait nécessaire pour ne pas avoir à en acheter pendant toute l’année?’’ Je suis certaine que plusieurs personnes vont se retrouver dans ce que je viens d’écrire.

Quand on va à l’épicerie une fois semaine, pendant 52 semaines, ça devient difficile de faire les comptes à savoir ‘’combien de livres de carottes on a acheté en une année.’’ En tout cas, pour ma part, je n’ai jamais eu le courage de tenir un pareil inventaire!

Avant de découvrir ces informations, il est important de prendre en considération certains éléments:

– Nous sommes dans l’apprentissage du jardinage depuis 15 ans maintenant. Nous avons acheté tout le matériel nécessaire (filets, bâches, outils, matériel de semis, etc.) tranquillement pas vite, au cours de la dernière décennie. Sans nous endetter, un item à la fois, année après année.

-Nous sommes une famille de deux adultes et quatre enfants avec de très bons appétits. Nous mangeons une grande quantité de légumes à l’année longue. Notre objectif est de ne pas en acheter pendant la saison estivale et d’en acheter le moins possible pendant le reste de l’année. Produire assez de nourriture pour s’autosuffire un max, mais jamais à 100%.

-Nos jardins sont conçus sur un modèle de ‘’maraîchage bio-intensif’’ sur planches permanentes. Pour plus de détails, vous pouvez lire le paragraphe  »Brève explication de nos jardins » dans CET ARTICLE.

-Tout ce qui est mentionné sur cette page peut varier. 2020 a été une excellente année pour nos jardins. Notre système d’irrigation était beaucoup plus efficace, nous avons bénéficié d’une plage horaire vraiment intense (on avait beaucoup de temps à y consacrer), nos systèmes de toiles et de filets ont fonctionné à merveille, nous en sommes à un point où nous possédons pas mal tout le matériel nécessaire afin d’avoir une bonne optimisation bref, ce fut une excellente année!

-Tout est relatif! Je veux que vous puissiez vous inspirer et comparer pour faire votre planification de jardins bien à vous. Une famille ne mange peut-être pas la même quantité qu’une autre en matière de viandes, légumes, fruits, etc. Pensez à ce que vous aimez et ce que vous souhaitez cuisiner. L’hiver est le moment parfait pour regarder des recettes!

-L’espace dont vous disposez pour faire vos semis. Il ne faut pas oublier que cela prend beaucoup d’espace dans une maison et beaucoup de lumière. Lorsqu’on doit rempoter les petits plants dans des contenants plus grands, cela prend encore plus d’espace. Là un point à ne pas négliger.

-Réfléchir au temps que vous souhaitez y accorder (avant-pendant-après). Il faut veiller tous les jours à ce que les semis ne manquent pas d’eau, qu’il n’y a pas de problème apparent, etc. Si vous n’êtes pas équipés pour faire tous vos semis, pas de stress! Vous pourrez vous en procurer dans les pépinières, quincailleries ou chez un fermier de famille près de chez-vous. Ils font souvent des ventes de plants en début de saison.

-Se donner une chance. Rien ne vaut mieux que d’essayer, tout en restant très ouvert à l’expérimentation qu’est cette belle aventure du jardinage et de l’autonomie alimentaire. Parfois ça fonctionne, d’autres fois pas pantoute! Il ne faut pas se comparer avec des jardiniers plus expérimentés qui font cela depuis longtemps. C’est un apprentissage qui ne cesse de croître, une passion qui se développera. Prenez votre temps, prenez des notes, lisez, instruisez-vous et vous allez voir les résultats seront formidables d’année en année.

Quantités et espaces nécessaires

Voici donc la liste non-exhaustive des quantités de légumes que nous produisons, dans l’optique d’en avoir pour une très grande partie de l’année. J’en ai profité également pour vous indiquer la surface que nous utilisons pour cultiver de telles quantités. Nous ne sommes pas autosuffisants à 100% car cela n’est pas notre objectif. Nous aimons tant acheter des produits que d’autres créent mieux que nous!

Vous pouvez découvrir la liste des différents cultivars que nous utilisons ICI.

Carottes : nous semons des carottes en quatre rangs, sur une planche de 50 pieds de longueur. Nous semer un 20 pieds de carottes hâtives que nous dégustons et offrons au fil de l’été. De cette récolte, il y a eu un petit restant que nous avons entreposé. Nous semons également un 30 pieds de carottes à conservation. Cette récolte (et le petit restant des hâtives) nous a donné un total de 5 bacs, d’environ 70 litres chacun.

Pour voir la façon dont nous les entreposons, je vous invite à nous rejoindre sur Instagram, dans la pastille (highlight) nommée ‘’carottes’’. Tout y est. Nous trouvons que cette quantité est vraiment intéressante pour nos besoins. Les carottes font parties de notre alimentation quasi quotidienne (crudités et/ou recettes). Note: nous faisons que très peu de jus de carottes….advenant que nous en faisions davantage, il faudrait probablement en cultiver un peu plus.

Tomates : Pour les tomates, c’est plutôt complexe. Je me rends compte que nous en consommons vraiment beaucoup. Un des plus gros problèmes que nous rencontrons en ce moment avec la culture des tomates est l’attaque du premier gel. Étant donné que nous ne sommes pas encore équipé d’un tunnel chenille, nous perdons une grande quantité de notre production à ce moment là, ce qui fait que ce n’est pas assez suffisant pour notre consommation.

Donc nous plantons des tomates sur une planche d’un peu plus de 100 pieds de longueur. Cela équivaut environ à 150 plants. Malgré le gel hâtif et en mettant en place de bonnes techniques (irrigation, taille, entretien, etc.) la récolte est toutefois très satisfaisante. Pour voir de quelle façon nous transformons et conservons les tomates, c’est ICI.

Oignons : cultivés sur une planche de 100 pieds de longueur, nous y mettons oignons verts, oignons à conservation, oignons hâtifs et cela nous fournit amplement pour être pratiquement autosuffisant. Nous consommons des oignons de façon quotidienne pendant l’hiver et en été, on les utilise beaucoup dans la préparation de notre salsa. Les oignons verts sont dégustés tout l’été et les surplus sont déshydratés pour utiliser dans les bouillons pendant l’hiver.

Poireaux : 134 poireaux plantés dans deux tranchés, sur une planche de 30 pieds de longueur. Autosuffisant pour l’année.

Poivrons : 66 plants consommés frais pendant l’été, utilisés en grande quantité dans notre recette de salsa, nous en faisons griller une partie pour les conserver dans l’huile et nous congelons tout le reste. Nous ne sommes pas autosuffisants pour l’année.

Basilic : une trentaine de plants. Nous faisons notre pesto pour l’année, nous en consommons frais dans des salades pendant l’été et déshydratons tout ce que nous pouvons. Autosuffisant pour l’année.

Pommes de terre : cultivés sur 130 pieds au total. Pommes de terre rate et pommes de terre de conservation. Nous avons récolté, l’été dernier, plus de 300 lbs de pommes de terre. Quantité probablement suffisante jusqu’à la prochaine récolte.

Brocolis/Choux-Fleurs : 75 plants de brocoli et 25 de chou-fleur. Très belle production pour ces deux cultures. Nous en avons consommé frais pendant l’été et nous en blanchissons/congelons la plus grande partie pour nos plats d’hiver. Je ne pense pas que nous serons autosuffisant jusqu’à la prochaine récolte, mais c’est tout de même très satisfaisant.

Choux d’hiver : 50 plants. Nous les cultivons principalement pour la conservation d’hiver, la fabrication de choucroute pour en avoir sous la main pendant une grande partie de l’année et en salade pendant l’été. Autosuffisant pour l’année.

Note: les choux, brocolis et choux-fleurs se retrouvent tous sur une même planche de 100 pieds de longueur. 

Concombres et cornichons : Ici, les enfants tout particulièrement, en mangent des tonnes par jour! On en fait également des conserves (sucrés et vinaigrés à l’aneth). Je crois que nous avions moins de 10 plants cette année et cela a été relativement très bien (malgré l’invasion de la chrysomèle!). Nous allons peut-être en cultiver quelques plants supplémentaires car nous sommes tombés en amour avec notre recette de concombres à l’ail et l’aneth et nous allons définitivement en manquer.

Épinards : Cultivés sur une planche de 50 pieds tôt au printemps et la même chose à l’automne. Nous pouvons en manger tout plein frais et en congeler. Quantité suffisante pour la consommation frais en salade, mais je ne pense pas en avoir assez de congelé pour tout l’hiver.

Pâtissons : nous avons adoré ce magnifique petit cucurbitacée. Quelques plants seulement (environ quatre) nous ont permis d’en déguster et d’en offrir pour le faire découvrir. Quantité suffisante.

Courgettes/zucchinis : 7 plants. Nous adorons en manger et en donner pendant l’été et nous en avons fait de la relish. Cette quantité est amplement suffisante pour notre famille.

Kale : 42 plants (sur une longueur de 25 pieds). Nous adorons le kale!!! Nous le consommons frais en salade, en chips et nous en congelons. Cette quantité nous permet de toujours en avoir à volonté et nous permet également d’en offrir. Quantité très suffisante.

Gourganes : nous cultivons les gourganes uniquement pour notre fameuse soupe ‘’orge-bœuf et gourganes’’, un plaisir gustatif-souvenir-d’enfance. Nous en cultivons 2 rangs sur 25 pieds de longueur. Cela nous a donné une récolte d’environ 2 sacs ‘’ziploc-grand-format à congélation’’. Vraiment non-rentable en temps/énergie/argent/espace. Mais nous le faisons uniquement pour le plaisir.

Pois : 2 rangs sur une planche de 25 pieds de longueur. Nous avons pu en conserver une belle quantité congelée et en manger directement au jardin. Pas assez pour en avoir toute l’année.

Céleri : 50 plants, 2 rangs sur une planche de 25 pieds. Malgré le système d’irrigation, nous pensons qu’ils ont quand même manqué d’eau l’été dernier. Le céleri est mangé frais, nous faisons notre sel de céleri pour l’année et nous le congelons pour mettre dans les plats pendant les autres saisons. Je pense que cette quantité pourrait être vraiment suffisante si les conditions seraient 100% optimales.

Ail : entre 100-150 têtes. Définitivement pas assez pour être autonome. Étant donné que nous en utilisons beaucoup dans notre recette de salsa et à tous les jours en cuisine, ce n’est définitivement pas assez. Nous gardons toujours une partie de la récolte pour en remettre en terre à l’automne. Nous tentons de le faire graduellement (balancer la quantité à garder pour ressemer Et pour conserver en cuisine). Nous pensons en acheter d’un producteur biologique afin d’en avoir davantage pour 2022.

Laitues-radis : nous nous rendons compte que nous en faisons toujours trop. Peu importe la quantité. Après deux semaines à en manger à tous les jours, nous sommes toujours tous tannés! Donc, nous varions beaucoup la quantité que nous semons MAIS tous les surplus peuvent servir à nourrir les animaux. Donc, c’est vraiment une question de goût et de disponibilité d’espace. C’est une culture si simple à faire en temps frais. Étant donné qu’on peut s’en servir pour nourrir les animaux, on ne se casse pas trop la tête avec les quantités. On démarre quelques plateaux en semis et on réajuste ensuite.

Haricots : Nous en avons cultivé 2 rangs sur un peu plus de 25 pieds. Mangés frais directement aux jardins toute la saison par les filles et congelés pour les plats d’hiver, je ne pense pas que c’est encore suffisant pour une autonomie à ce niveau.

Cerises de terre : 12 plants sur une planche de 50 pieds de longueur. Elles sont consommées fraîches, déshydratées et surtout utilisées pour faire de la confiture. Les plants ont produit vraiment beaucoup l’été dernier. Étant donné la quantité faramineuse qu’une recette de confiture nécessite, ce n’est encore pas suffisant pour une autonomie à 100%, par contre, c’est vraiment la quantité maximale que nous pouvons faire étant donné l’espace dont les plants ont besoin ET surtout, compte-tenu du temps important que la récolte peut prendre (Il va vraiment nous falloir se trouver une meilleure solution pour optimiser cet aspect! Et non, les enfants n’aiment pas les récolter avec nous!).

Fraisiers : je veux vous partager mes données pour une bonne année de production (souvent la 2e année de vie d’un plant). En 2019, avec 100 fraisiers âgés de 2 ans, nous avions récolté plus de 100lbs de fraises. Nous avions pu congeler ces 100 lbs et en avions mangé aisément tout le temps de la récolte. Largement insuffisant pour ne pas en manquer pendant l’année par contre. Pour notre famille, nous prévoyons éventuellement avoir trois parcelles de fraisiers. 100 plants par parcelle. Nous ferons une rotation des plants aux trois ans afin d’en maximiser la production. Donc à chaque saison, nous aurons toujours une parcelle avec de nouveaux plants, une parcelle de deux ans et une de trois ans.

Courges-citrouilles : le point le plus important à retenir ici : cette culture demande de grands espaces. Mes résultats de l’été dernier ne seront peut-être pas précis, étant donné que nous n’avons pas été capable de bien gérer l’invasion massive de chrysomèles. Cependant, nous avons des courges et citrouilles pour nous suffire totalement jusqu’à la prochaine récolte. Les quantités indiquées ci-dessous (courges, citrouilles, melons et cantaloups) couvraient en totalité 7 planches de 100 pieds de longueur chacune. Voici les quantités de plants:

Red kuri : 19 plants

Butternut 18 plants (mauvaise année, probablement de mauvaises semences)

Délicata : 9 plants

Citrouille Pépita : 8 plants

Citrouille porcelain doll : 12 plants Superbe citrouille, belle production, mais pas super utile en cuisine à cause de son gros format. Nous allons l’omettre cette année.

Cantaloups : 16 plants. Une superbe production de fruits! Nous en avons mangé des tonnes, déshydrater et en congelé plus qu’assez!

Melons d’eau :  18 plants. Superbe production. Vraiment. Dommage que nous n’étions pas bien informés pour sa conservation. On a découvert qu’on aurait pu les garder jusqu’en décembre. Nous en avons mangé en quantité industrielle pendant la belle saison et nous avons même pu en offrir et en déshydrater. Nous allons garder cette quantité assurément.

Autres informations

Je n’avais pas récolté assez de données pour les légumes suivants, pour que cela vaille la peine d’en parler dans cet article : asperges, choux-raves, aubergines, rabioles, betteraves, maïs et piments forts. Je vous en reparlerai assurément après la saison 2021!

Et à la question : ‘’Comment faire pour savoir quelle distance mettre entre chaque plant?’’

La réponse : C’est une étude de chaque culture, que nous avons fait au fil du temps. En nous instruisant surtout par la lecture de certains livres (Nos suggestions ICI), en lisant les recommandations des semenciers (on les retrouve parfois sur les enveloppes de semences et également sur les sites web de ces semenciers), en regardant des vidéos, en suivant des mini formations, etc. Rien ne se fait comme par magie, mais tout s’apprend avec du désir et de la volonté.

Quand nous faisons nos semis intérieurs, nous essayons d’en faire toujours un peu plus que nos besoins réels. Les surplus nous servent à pallier au manque, si jamais un plant est moins beau qu’un autre ou à cause de d’autres facteurs et également à en donner autour de nous.

En espérant de tout cœur que cela puisse vous être utile! Si vous avez des questions, écrivez-moi et il me fera plaisir de vous répondre.

Autres articles qui pourraient vous intéresser:

Vivre sur un homestead: notre mode de vie

Découvrir notre homestead/fermette

Matériel de jardinage que nous utilisons

*Avertissement: Nous ne sommes pas des professionnels! Nous ne faisons que vous partager ce que nous avons choisi dans le présent moment, afin de répondre aux nombreuses questions que nous recevons. Nous ne sommes pas affiliés avec les entreprises qui sont mentionnées (à l’exception de notre participation au programme d’affiliation avec Les Libraires.) Nous vous partageons des liens directs à titre indicatif, uniquement pour vous faciliter la tâche dans vos recherches et vous permettre de voir les produits exacts dont il est question. Nous vous rappelons qu’il est important de faire vos recherches afin de forger votre opinion. Le web est une vaste source de possibilités. Trouvez celles qui vous conviennent le mieux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *